L'Ombre de Londres
Bienvenue sur l'Ombre !

La capitale vit dans le chaos : les Vampires complotent toujours, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se révèlent, les Lycanthropes se regroupent et les Loups-Garous recommencent à tuer !

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...

Bon jeu !


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ivresse nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
Ilsa Bennet
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeLun 11 Aoû - 20:18

Sur un chemin de terre, encore un peu éclairé par les pales lumières de la ville, s’avançait une ombre indistincte pour qui l’apercevait de loin. Sans un regard vers l’arrière, cette forme continuait d’avancer pas à pas, l’esprit ailleurs, trop habituée à traverser cet endroit que les hommes trouvent lugubre le soir tombé. Il est vrai que, dans un esprit tourmenté par la nuit, les allées se rétrécissent, les arbres s’approchent de vous et rétrécissent votre champ de vision déjà fort entravé par la nuit et en plus de cela, il arrive que leurs branches vous frôlent comme une main gantée, agrippant avec plaisir vos vêtements, seul atout que vous possédiez encore dans cette allée funeste.
L’ombre ne ressentait pas de peur, tout du moins par pour ceci. Ses pas ne faisaient aucun bruit et sa démarche laissait croire qu’elle y voyait comme en plein jour.

Cela faisait plusieurs jours qu’Ilsa avait quitté le Comte. Elle était de nouveau en train de réfléchir aux projets qu’il lui avaient confiés ce soir là, en haut de l’Eglise. Il avait eût l’air tellement sur de lui et en même temps, il n’était pas certain que ses projets aboutissent à la réussite tant espérée. Cependant, il voyait qu’il avait des chances de parvenir à ses fins, étant donné qu’il lui avait fait confiance. Une confiance aveugle d’ailleurs. Cela pouvait être un piège de sa part. Ce vampire était fourbe, autrefois, il avait certainement été l’incarnation d’une fouine, d’une vipère et d’un renard. Tout à la fois. Et pourtant, ses envies étaient censées. Il appréciait le pouvoir, comme tout grand qui se respecte y ayant déjà goûté. En cela, lui aussi ressemblait aux hommes. Il en avait été un autrefois. Il en gardait certaines marques aux yeux de sa compagne. Ce désir de mort sur autrui, même sur ceux de sa race, ainsi que toutes ces envies qui débordaient de lui, tourbillonnantes et puissantes, écrasant tout sur son passage tel une vent dévastateur.
Ilsa redoutait cet être, à qui même les ténèbres les plus noires semblaient ne pas faire peur. Elle aussi était sortie des ténèbres. Des mondes du dessous. Elle y séjournait encore et certainement pour toujours, car jamais personne ne devrait révéler aux hommes que leur race existait. Ils devaient rester une légende parmi tant d’autre, plus réelle que toutes celles-ci. Tel était leur destin, s’il en existait un.
La Vampire laissa tomber le châle qui recouvrait ses cheveux sur ses épaules. Elle n’avait plus à craindre personne maintenant. Dans la nuit qui régnait ici, même le croissant de la lune descendante ne parvenait pas à percer entre les aiguilles des sapins. Une petite brume s’élevait à ras du sol, le recouvrant d’un voile opaque.
Ilsa parvint à une intersection, sans aucune hésitation, elle prit le chemin de droite et poursuivit sa marche. Elle avait décidé de venir en ces lieux pour se vider l’esprit. Car à force de penser aux projets de Jiromaru, elle en venait à oublier qu’elle aussi avait sa propre vie. Alors elle avait décidé de venir faire un tour dans la forêt, que l’on disait à juste titre parcourue par des meurtrier. Certains humains certes, mais d’autres un peut plus mythiques. Certains sous la forme de mi-homme, mi-loups et d’autres d’allure humaines, communément appelées Vampires. Ce soir, la jeune femme n’avait pas prit ses Blood-Tablett, c’était un acte délibéré. Trop longtemps elle s’était abstenue de tuer. Si par un hasardeux malheur elle rencontrait une âme errante sur son chemin, celle-ci serait envolée et son sang goulûment avalé.
En toute connaissance de cause, la Vampire marchait pour tuer un être de chair et ne ressentait pour le moment aucune pitié pour cette pauvre créature. Ce soir, elle partait en chasse et elle savait où aller.

Après encore une petite demi-heure de marche, la jeune femme déboucha dans une grande clairière, traversée par une petite source d’eau potable. Tout avait été aménagé ici pour paraître beau et paisible. La main de l’homme avait perturbé le cours de la source, la faisant couler d’un bassin de pierre à un autre, dans certains poussaient quelques roseau, mais à cette période de l’année tout était mort. Seule l’eau continuait son perpétuel mouvement, car il ne faisait pas assez froid pour qu’une fine pellicule de glace gèle la source.
Plus loin, une petite chapelle trônait, fière mais perturbée par quelques hommes en ce moment même. En effet, on voyait à travers les simples vitraux, quelques ombres se mouvoir au grès des cierges. Un sourire s’étira sur le visage de la Vampire, découvrant ainsi deux de ses canines. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas accordée de telle nuit et celle-ci s’annonçait prometteuse.
Ici, la brume était plus épaisse que dans la forêt, mais les pas de Ilsa étaient toujours aussi précis. Elle ne trébuchait pas, ses sens étaient en éveil et son pouls battait à allure normale. Une fois près du bâtiment, elle en fit le tour, sa main gauche plaquée contre la pierre froide. Ensuite, elle se hissa sans difficulté jusqu’à une fenêtre et épia les profanateurs. Ils étaient trois, une femme et deux hommes, accomplissant un étrange rituel aussi inutile que leur propre vie.
La langue de Ilsa passa sensuellement sur sa lèvre supérieure. Elle imaginait déjà le régal qu’elle tirerait de cette soirée de mort. D’un saut, elle retourna sur le sol humide et marcha jusqu’à la porte entrouverte, qu’elle ouvrit lentement, faisant bien grincer le gonds et se délectant de l’effet de surprise qu’elle allait produire. Ce fut une réussite, les visages des humains étaient tournés vers elle, la femme s'était reculée et on pouvait lire sur ses traits que son imagination lui avait joué des tours. Les deux hommes quant à eux, regardaient Ilsa comme si elle était une apparition venue du ciel. Elle s'avança dans la pièce, prenant soin de sourire sans pour autant dévoiler sa nature. Il y avait quatre bancs, et entre eux se trouvaient les humains, accompagnés de cierges et de quelques bouteilles de mauvais alcool, assit sur une couverture qui protégeait à peine du froid des pierres de la chapelle. Le silence régnait maintenant en maître, un homme se leva, grand et maigre, certainement pas assez nouri. Il toisa la Vampire puis lui souri, l'air avide. Il jeta un oeil derrière lui et croisa le regard de son ami, qui haussa un sourcil, puis comprit ou il voulait en venir. L'homme en face de Ilsa tourna de nouveau la tête vers elle et la Vampire, sans un mot, approcha son visage de celui du maigrichon, sans le toucher pour autant. C'est lui qui parcouru les derniers centimètres, tout en l'attrapant par la taille. Le baisé sentait le vieux wisky, Ilsa espérait que l'alcool n'aurait pas trop altéré le sang de sa victimie, sinon quoi elle serait dans l'obligation de s'attaquer à quelqu'un d'autre. Aucune importance pour elle car ce soir, elle s'était accordée un quartier libre.
L'homme l'attira plus près de lui, faisant traîner ses mains sur les fesses de Ilsa, froissant sa robe prune, qui lui arrivait un peut plus haut que ses chevilles, laissant voir des bottes de bonne qualités quelque peu souillées par ses pérégrinations nocturnes.
Derrière sa victime, les deux humains les avaient regardés pendant plus d'une minute, puis ils s'étaient mis à chuchotter, très étonnés de ce qui se déroulait devant eux. Soudain, la porte claqua, tous deux levèrent les yeux et virent que les deux corps enlacés avaient disparut.

L'homme avait lentement poussé Ilsa en dehors de la chapelle. Sans opposer de résistance, elle s'était laissée faire, heureuse d'être enfin seule avec lui pour se délecter de la source de sa vie. Elle s'éloigna avec sa proie, pour que s'il prenait peur, elle puisse le maitriser sans se retrouver avec deux autres victimes à tuer.
Adossée à un arbre, elle sentait les mains impatientes de son compagnon. Elle brisa le contact de leur bouche et le regarda. En le voyant revenir à la charge, elle posa son index sur les lèvres de l'humain et chucotant « chut ». De son autre main elle caressa le cou de l'homme, puis traça une courbe de son oreille à son épaule, retirant le tissu qui la gênerait pour le mordre.
Elle commença par déposer quelques doux baisés sur son cou, puis le mordilla avant de planter ses canines dans sa chair. L'humain se crispa. Ilsa le retint. Même si le sang avait un tout léger goût alcoolisé, il n'en emeurait pas moins bon. C'était bien meilleur que les tablettes qu'elle ingérait chaque soir pour ne pas ressentir ce besoin de sang. Elle entendit sa proie gémir, non pas de peur, mais de plaisir, car une fois la douleur de la morsure passée, la victime ressentait elle aussi de la jouissance.
Ilsa se délectait du flux qui s'éculait dans sa groge. Elle sentait ses sens devenirs plus aiguisés. L'impression aussi, que sa vie ces derniers temps n'avait été que bien vide, grise, estompée et sans couleur. Maintenant tout était plus vif. Après un certain temps, sa victime commenca à bouger pour qu'elle cesse, mais elle n'en fit rien et ressera son étreinte, désireuse d'en finir. Une fois qu'elle eût absorbé ce qui restait de sang, elle déposa le corp sur l'herbe et contempla le corps. Du dos de la main, elle essuya sa bouche et se lécha ce qui restait dessus. Ensuite, elle dépouilla l'homme de ses vêtements, nu comme un ver, il paraissait mort depuis plusiseurs heures déjà. Sa peau était grisatre et ses lèvres rouges il y à peu oscillaient maintenant entre le bleu pâle et le violet.
La Vampire fit une boule avec les vêtements du cadavre et utilisa ses pouvoirs pour en faire une corde de tissus. Elle tira le mort jusqu'à la porte de la chapelle, juste au dessus se trouvait une pierre qui ressortait plus du mur que les autres, Ilsa utilisa de nouveau sa magie pour fusionner la corde avec la pierre jaunatre du bâtiment et sans un bruit, elle fit un noeud pour y passa la tête de l'homme à l'interrieur avant de le laisser tomber. La ficelle se tendit, mais tint bon. Ilsa se recula et admira son grand oeuvre. Un sourire sadique étira ses lèvres rouges. Il était rare qu'elle agisse de la sorte, à la voir ainsi on la croirait presque en train de cacher son meurtre, alors qu'ele désirait simplement faire peut aux humains qui sortiraient plus tard dans la nuit.
Elle s'approcha ensuite de la porte et poussa les deux battants, laissant voir au couple d'humain leur ami pendu. La Vampire sourit et disparu de leur vue pendant qu'ils se levaient morts de peur. Elle attrapa l'homme par le cou et le leva à dix bons centièmetres du sol, le plaquant contre le mur. Il se débattait, la frappant, griffant ses bras avec le peu d'ongles qu'il possédait et lui donnant des coups de pieds, mais cela ne faisait aucun effet. Elle allait le tuer, quand elle pensa qu'en fait elle devrait tous deux les laisser en vie. Ilsa avait été entrainée un peut malgré elle à étrangler ainsi cet homme. C'était l'ivresse du sang.
L'humain, presque inanimé tomba rudement sur le sol. Et alors qu'elle allait lui faire oublier toute cette soirée, la Vampire se retourna, le bras levé et stopa le chandelier avec lequel la jeune femme avait voulu l'assomer. Celle-ci surprise de la réaction de la tueuse, recula en s'excusant, les yeux larmoyants. Ilsa passa derrière elle et la prit par les cheveux, posant sa main droite sur le front de sa proie. Elle ferma les yeux et chercha. Elle trouva les souvenirs de la demoiselle et les remplaca par un grand trou noir. Le lendemain, en se réveillant, elle croirait qu'elle avait trop bu. Alors qu'elle reprenait un peut ses esprit après s'être fait éfacer la mémoire, Ilsa lui asseigna un coup sur la nuque et la fille tomba sur le sol comme une poupée de chifon. Après, elle alla s'occuper de l'homme qui gisait encore près du mur. Elle lui fit subir le même traitement qu'à la précédente personne et ramena le corps de l'homme près de la femme, elle les étendits tous les deux, cote à cote, les mains sur le ventre, dos au sol, pieds joints. Comme s'ils étaient mort. Elle éteignit ensuite les bougies et sortit dans la nuit, contente de sa soirée.

Ilsa laissa la clairière derrière elle et son esprit, encore chaud de ses actes, vagabonda. Elle avait oublié ses sombres pensées. Jiromaru et ses projets avaient laissés place au plaisir d'être une immortelle. Comme grisée par l'alcool, elle cheminait sous les arbres, retournant sur ses pas, la menant à Londres et ses ombres.

La Vampire s'arrêta cependant à mi-chemin, s'asseyant sur une pierre, le regard levé vers le ciel. Finalement, rentrer chez elle ne lui plaisait pas. Elle voulait rester à l'air libre pour se délecter entièrement de sa soirée, en se disant qu'il faudrait qu'elle s'accorde plus souvent de telles escapades.


Ivresse nocturne Bannia11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandy Weest
Membre de l'Ombre
Brandy Weest
Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 16/08/2008
Race : Humain
Classe sociale : Commerçant
Emploi/loisirs : Barman / Monter à cheval
Age : 39 ans
Age (apparence) : 45 ans
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeSam 23 Aoû - 20:33

[HRP // Premier RP. Je viens si ça ne vous dérange pas et excusez moi d'avance pour la longueur du post qui fait à peine la moitié du votre ^^' // HRP]

Le marin soupira de contentement. Son souffle chaud créa un nuage de fumée éphémère qui s'évapora dans l'air frigorifiant de la nuit. Chevauchant ainsi, il sentait le plaisir de cette escapade monter en lui. Ca faisait longtemps qu'il n'était pas sortit et se retrouver ici, dans le noir, où personne ne pourrait les surprendre lui procurait de chaleureuses pensées. La dernière fois qu'il avait monté Willston pour son unique plaisir remontait à plus de trois mois, bien avant qu'il n'arrive sur le continent Européen.
Dans quelques jours, ça ferait un mois qu'il aurait largué les amarres à Londres, ville dans laquelle il voulait reconstruire sa vie et renflouer ses rentes. D'après ce qu'il avait pu voir, les bateaux comme le siens ne courraient pas les rues, s'était un bon point pour lui. S'il faisait une bonne publicité, il aurait des clients réguliers d'ici peu, il en était certain. Restait à trouver un journal où mettre une annonce et à faire lui même quelques affiches à mettre deça dela. Depuis qu'il était arrivé, il n'avait pas eût un moment de repos, entre les hommes à payer, les nouvelles serveuses à engager, ces problèmes personnels et toutes ces autres choses qui font tanguer la vie d'un homme.
Will hennit, puis se tue. Brandy sortit de ses rêveries et regarda le sentier. D'après ce qu'il pouvait voir dans la pénombre environnante, il y avait un bois, ou une forêt plus loin. Il ne s'y était jamais rendu, d'ailleurs il n'en avait même pas entendu parler. Il avait simplement suivit une route, prit tel ou tel tournant et il s'était retrouvé sur ce chemin de terre qui était à environ une lieue de Londres elle-même.
Rapidement, le barman se retrouva à l'oré de la forêt. Pendant un instant, il hésita à y pénétrer. Elle était obscure et touffue, s'il n'avait pas été accompagné de son destrier, il n'aurait pas fait un pas de plus. Mais là, il pouvait s'aventurer un peu plus en avant sans craindre trop de se perdre, Will avait plus d'une fois retrouvé seul son chemin. Brandy fit claquer sa langue et ils repartirent au pas, laissant derrière eux le monde civilisé pour cet espace inconnu et quelque peu terrifiant il faillit l'avouer. L'esprit du barman était en plein éveil, conscient qu'il s'aventurait peut-être dans un endroit dangereux. Pourtant, il avait envie de continuer. Depuis toujours, il appréciait se faire peur et c'était une bonne occasion de se faire dresser les cheveux sur la tête.
Malgré tout, il s'alluma une cigarette et ne se sentit mieux qu'une fois celle-ci à moitié consumée. Cependant, cette paix ne fut que de courte durée. Il aperçut une ombre postée au croisement de deux chemins. Peu tranquille, il tira les rênes et tenta de mieux voir, mais en tant qu'humain il n'avait pas une grande affinité avec l'obscurité. La seule chose qu'il pouvait dire avec certitude, c'était qu'il ne rêvait pas, quelqu'un était bien ici.
Brandy renifla bruyamment, puis termina sa cigarette, qu'il écarta entre ses doigts avant de la jeter sur le sol. Il descendit de sa monture et marcha à sa gauche, tenant fermement la longe de Will. A quelques mètres de cette "Ombre", il s'arrêta et fut surprit de remarquer que c'était une femme, d'après son maintient, sa taille et ses vêtements.

L'homme ne bougea plus, et attendit de voir ce qui allait se produire, quelque peu sur les nerfs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
Ilsa Bennet
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeLun 25 Aoû - 1:30

[hrp: bienvenue Smile je suis contente qu'une personne soit venue et ne t'en fais pas pour la longueur du post, je me suis amusée à en faire un très long ^^]

Ilsa, l’esprit ivre de sang, laissait ses pensées filer à la vitesse de ces météores qui pénètrent l’atmosphère et créent ses longues traînées de feu derrière elles. La Vampire n’avait pas laissé de feu, mais la mort et la surprise. Elle se remémorait encore la manière, si simple, qu’elle avait utilisé pour venir à bout de cet homme et se délecter de sa source de vie. Elle se sentait légère, vivante et aussi fidèle à sa nature profonde : elle était une tueuse, elle n’était devenue il y a plus de deux cent ans déjà, quand elle avait accepté de faire partager son sang à James. Elle avait eût quelques difficultés à s’habituer à cette nouvelle façon de vivre, mais son mari l’avait assisté et lui avait tout apprit. Ensemble, ils avaient vécu une union parfaite. Harmonieuse. Ses pensées passant du coq à l’âne, Ilsa se retrouva à se demander où pouvait se trouver James en ce moment. Parfois, il lui manquait, mais elle se l’avouait rarement. D’un accord commun, ils s’étaient dit qu’ils allaient faire une pause et elle espérait en cet instant, qu’il pense à elle lui aussi. Un sourire tendre se dessina sur les lèvres de la Vampire. Même si son cœur appartenait à son ami et confident, cela ne l’empêchait pas de le tromper, comme elle l’avait fait avec Keisuke. C’était tellement facile de tomber sous le charme de ce beau parleur. Une tête de mule et un manipulateur né. Peut-être n’avait-il pas toujours été ainsi, Ilsa ne le savait pas. Il était rare qu’il se confie, même à elle. La Vampire s’empêcha de penser plus à cet idiot qui la faisait trembler et revint à cette soirée. Il n’y avait pas à dire, le sang d’un humain valait tout l’or du monde. C’était délicieux.
La jeune femme regarda ses mains, et se fit les ongles, retirant un peu de chaire qui s’était fichée au dessous de l’un d’eux. D’une pichenette, elle envoya loin d’elle ce morceau d’humain et jeta de nouveau un œil vers le ciel. Même obscurcit par le feuillage des arbres, Ilsa arrivait à déceler quelques rare étoiles. Mais, elle ne put dire quel était leur nom.
Un bruit la sortit de ses pensées. Au loin, un cavalier se dirigeait vers l’embranchement du chemin. Inéluctablement, il allait la voir. Ilsa l’attendit, tout en se le décrivant pour elle-même. Elle lui trouva un certain charme, même s’il n’avait pour son avis rien de beau sur son faciès, s’était surtout son nez qu’elle trouvait gênant. S’il avait été remplacé par un autre moins long, la femme était certaine qu’il aurait été plus beau. Quand il la remarqua enfin, Ilsa put lire dans ses yeux de la surprise, puis de plus en plus, une sorte de peur. Cela lui tira un sourire qu’il ne pouvait voir. Sa soif était tarie pour ce soir, cet homme avait de la chance. Même un autre jour, ça n’aurait pas changé grand-chose aux habitudes de la Vampire. Elle ne tuait que rarement.
Cependant, elle avait envie de s’amuser un peu.
Avec grâce, elle se leva et s’approcha d’un pas de cet inconnu, mais n’avança pas plus, il ne devait pas s’enfuir. Comme si cette rencontre était normale, la jeune femme fit une petite révérence à cet homme du peuple tout en le saluant.


- Bonsoir, belle nuit pour se promener, n’est-ce pas ?

Il était près de quatre heures du matin. Ce n’était pas une heure où les Hommes étaient dehors. Peut-être que cet humain était ivre. Pourtant il n’en avait pas l’air. Certains le cachent bien. La Vampire pensa qu’il ne fallait pas non plus effrayer le cheval qui accompagnait l’homme, car s’il réagissait de façon étrange, son possesseur le remarquerait certainement et il serait plus méfiant envers elle. Peut-être qu’il connaissait l’existence des Vampires. Ilsa se dit que c’était bien peu probable, il n’aurait pas été assez fou pour pénétrer dans la forêt des Ame si c’était bien le cas.


Ivresse nocturne Bannia11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandy Weest
Membre de l'Ombre
Brandy Weest
Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 16/08/2008
Race : Humain
Classe sociale : Commerçant
Emploi/loisirs : Barman / Monter à cheval
Age : 39 ans
Age (apparence) : 45 ans
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeVen 5 Sep - 10:59

Toujours l'esprit plein de doute, Brandy se demanda s'il n'aurait pas mieux fait de se tenir à l'écart de cette forêt, il n'y avait pas à dire, la nuit transformait tout: pensées commes actions, sentiments n'en parlons pas. Il n'aurait pas tremblé ainsi si le soleil le baignait de ses rayons salvateurs, mais là, il sentait en lui monter une crainte étrange, un cri de so corps qui voulait s'en retourner tandis que ce que voulait son coeur s'était rester et connaître.
Le barman serra les dents, en voyant la forme féminine se mettre debout. Il la dévisagea, autant que cela pouvait ce faire dans cette pénombre, les yeux grand ouverts, tentant de percer les secrets de la nuit. Elle fit un pas vers lui et l'homme resta immobile, déglutissant bruyemment. L'Ombre s'abaissa et Brandy ne sut trop pourquoi elle l'avait fait. Il était presque aveugle dans ce bois.
Puis elle parla. Sa voix retint l'attention du barman, qui se dit qu'elle n'avait aucune craite de ce lieu, comparé à lui. Vennait-elle souvent? Ce n'était pourtant pas un lieu propice aux rencontres, ni aux femmes. Peut-être habitait-elle près d'ici, mais cela n'espliquaot toujours pas qu'elle fusse dehors si tard, ou si tôt le matin. A moins que ce ne soit... Une fille de plaisir, qui s'était perdue? Ou qu'elle était justement là pour s'occuper des brebis égarées. Brandy ne pouvait que faire des suppositions. Willston s'ébroua, nerveux. Cela fit revenir l'homme à la réalité, il remarqua qu'il s'était écoulé quelques secondes, si ce n'était pas plus et qu'il n'avait tojours pas répondu. Il fit claquer sa langue contre son palais, contrarié.


- Je... Hum... Oui bonsoir. C'est, un peu sombre peut-être pour profiter de la prommenade.

De suite après l'avoir pronnoncée, Brandy trouva sa phrase inutile, presque bête. C'était vraiment idiot de parler ainsi. Il faisait nuit noire, cette femme aurait dû se trouver dans son lit et lui sur son bâteau. Pas ici, pas avec une Ombre. Elle lui faisait peur, il se l'avouait sans mal, par contre il n'aurait pas accepté qu'on le lui dise. Question de caractère.
D'une autre manière, avoir peur de si peu, ce n'était qu'une femme, qui avait l'air menue qui plus est. Mais, il avait apprit avec l'expérience que les femmes avaient parfois des humeurs pire que leurs semblables masculins. Elles pouvaient se retourner contre vous et vous pourrir la vie, les os, l'esprit. Le barman soupira pour lui même, conscient que des cartons de pensées sortaient tout déchirés de sa tête, dans une danse à trois temps d&sordonnée. Une vraie horreur pour celui qui pouvait s'en apperçevoir. Et comme il n'y avait que Madame, qui ne pouvait voir nettement les expressions de son visage, il était à l'abrit.
Pour ce débarasser au plus vite de cette femme qui le gênait dans son train train quotidien, il n'avait qu'à remonter sur son cheval et continuer sa route, à moins de rebrousser chemin. Mais laisser une Dame seule dans un bois ne l'enchantait pas outre mesure.


- Vous êtes seule? Demanda-t-il en se rendnt aussitôt compte que cette question pouvait être prise à double sens. Si vous avez bsoin, hum... d'aide, je pourrais éventuellement vous racompagner jusqu'en ville...

Comme ça, il aurait la conscience tranquille et avec de la chance il pourrait bientôt partir. Il avait envie d'une nouvelle roulée, mais ce n'était pas le moment. Will tira sur sa longe. Brandy tourna la tête vers lui et posa sa main libre sur le museau de l'animal. Il le sentait nerveux. Ils l'étaient tous les deux. Le cheval voulait rebrousser chemin. L'Homme quand à lui hésitait, charmé par la voix de la femme Ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
Ilsa Bennet
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeMar 9 Sep - 20:58

Ilsa était heureuse de voir le trouble qu'elle procurait au pauvre bougre qui se tenait devant elle. Peu à peu, son visage dévoilait certaines de ses pensées, il avait peur, la Vampire en était certaine. Pourtant, cela ne la fit pas sourire. Etait-ce elle qui lui procurait ce sentiment, où simplement l'athosphère qui régnait ici. Non, elle ne devait pas avoir grand chose la dedans, s'il l'avait rencontré à la lumière du jour, sa réaction aurait certainement été toute autre. Et de toute manière, la jour ne lui aurait pas même permit cette fantaisie, car à peine les rayons du soleil se seraient abbatus sur Ilsa que sa peau aurait craquelé, brûlé, fondue,... En tant qu'homme du peuple, il ne se serait même pas permit de l'approcher et encore moins de lui adresser la parole. Mais ici, il n'était pas non plus en faute, c'était elle qui avait engagé la conversation, inutile d'ailleurs.
La femme repoussa une mèche rebelle derrière son oreille, puis croisa les bras, comme si elle craignait le froid environnant, où toute autre chose plus mordante encore. Elle laissa l'humain délibérer seul en compagnie de ses pensées et regarda les bois qui les entouraient. Pas si lugubres que ça lorsqu'on pouvait y voir comme s'il faisit jour, mais en y regardant de plus près, en écoutant, on s'apperçevait que tout était fort calem. Comme si certains animaux avaient fuit cette partie de la forêt pour une raison inconnue, à moins qu'ils ne soient tous endormis. Peu probable. Il y avait des créatures qui rôdaient ici, cette nuit même. Des êtres plus cruels encore que Ilsa, qui s'était contenté d'une unique victime ce soir. Ca ne pouvait être des Loup-Garou, se dit Ilsa, ils n'étaient pas un jour de pleine Lune. Mais, même elle ne connaissait pas l'étendue des bêtes dangereuses qui rôdaient la nuit. Les Lycanthropes pour exemple, lui étaient totalement inconnus, et pourtant ils existaient bel et bien.
L'homme reprit la parole et la Vampire repporta son attention sur lui. Elle eût un léger sourire en entendant sa question, mais n'en fit rien paraître, répondant naturellement et sans hasitation, pas comme cet Humain qui ne samblait pas savoir comment parler. Il avait l'air de venir d'un autre monde avec ses étarnges manières. D'ailleurs son accent n'était pas Londonnien.


- Est-ce vrai? Vous vous dérangeriez pour moi? Je ne sais si je peux accepter...

Elle fit mine de réfléchir, tout en jettant un oeil au ciel presque invisible parmi les feuilles. Même seule, elle pourrait rentrer sans encombre. Alors pourquoi embêter plsu que ça un pauvre homme? Pour le plaisir peut-être... Ilsa se mit en marche, tournant étrangement autour de l'Humain, sans raison.

- Non, finalement, je ne pense pas avoir besoin de vous pour rentrer, j'aime la solitude et sans vouloir vous vexer, vous m'avez dérangé, la voix de la Vampire s'était presque faite cassante, mais elle continua plus doucement, bien qu'il y perçait une certaine fermeté. Partez, vous êtes mort de peur, votre animal aussi et sachez que cette forêt n'est pas propice aux excurtions nocturnes comme vous êtes en train de le faire. Vous êtes prévenu.

C'était bête de s'amuser ainsi avec l'esprit d'un homme, mais quand on n'avait plus rien à faire avant de se reposer paisiblement dans son cercueil, plus rien ne nous arrêtait. La Vampire cessa sa ronde et se dirigea vers la ville, à pas égal, marchant à vitesse régulière, tête heute sans se soucier de la où elle posait les pieds.
Eprès une centaine de mètre, elle se permit un soupir qui en disait long sur ses pensées. Même si cette nuit avait été belle, pleine de "vie", il y avait toujours une Ombre qui planait sur Ilsa. Incessante, perpetuelle rappel qu'elle n'était pas seule. Il était là, Il lui avait confié un secret gigantesque et contrairement à ce qu'elle aurait cru, il était ben difficile de se taire. De ne pas en parler, pas même à Lui, qui ne voudrait certainement pas qu'ils réitèrent leur conversation.
Il faudrait attendre et penser à autre chose. Reprendre une vie paisible, loin des troubles fêtes et des complots.


Ivresse nocturne Bannia11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandy Weest
Membre de l'Ombre
Brandy Weest
Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 16/08/2008
Race : Humain
Classe sociale : Commerçant
Emploi/loisirs : Barman / Monter à cheval
Age : 39 ans
Age (apparence) : 45 ans
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeMer 10 Sep - 20:26

L'homme sentait monter en lui le besoin imminent de fumer. Mais, il ne voulait pas le faire devant une Dame, de plus ce cigarette pourrait attirer on ne sait quel malheur sur lui. La lueur qu'elle pourrait produire dans les ténèbres aurait vite fait d'alerter les habitants des bois, et ils les attaqueraient sans plus tarder.
Brandy, s'il avait été seul, se serait donné une gifle d'avoir pensé ainsi. Il s'en mit une mentalement. C'était blessant de voir à quel point l'âge pouvait affaiblir. Au temps ou il était avec son mentor, il n'aurait pas hésité à allumer le moindre feu. Mais les années étaient passées et il avait fini par quitter son continent natal. Il n'était plus qu'un homme dont la femme l'avait quitté à cause d'une trop longue entente. Il n'avait pas de descendant. Il était dorénavant seul. Seul pour affronter la vie, les rêves, les cauchemars et cette forêt dans laquelle il s'était retrouvé après avoir eût la soudaine envie de monter Willston.
Et pourtant, il n'était pas dans la panade, il avait une charmante femme devant lui. Bien qu'il ne puisse la voir, il devisait qu'elle avait du charme et qu'elle n'était pas n'importe qui. Pourquoi avoir peur des Ombres? Mais peut-être justement parce qu'on ne sait pas ce qu'elles sont réellement, parce qu'elles ne sont pas totalement définies. Qui aurait peur de ce qu'il connait de près? De ce qu'il côtoie jour après jours? Le barman réfuta ses propres idées. Même s'il connaissait les Loups-Garou, il en avait peur. Parce qu'ils étaient puissants et imprévisibles. Aucune réponse ne pouvait être noire ou blanche. Heureusement.
Il eût un frisson qui lui remonta du dos jusqu'à la nuque. Elle lui répondit alors. Brandy acquiesça silencieusement, puis pensa qu'il faisait noir.


- Je peux vous ramener, soyez sans crainte. Il fit un sourire hésitant, mais sincère.

Cependant, ce fugace sourire se moa vite en grimace, quand il vit la femme commencer à marcher autour de lui. Que lui voulait-elle? Faire le tour de sa personne ainsi, ce n'était pas normal, c'était même inconvenant. Il ne s'en serait pas plain si cela avait été à la lumière du jour, mais ici, alors qu'il ne voyait strictement rien, il n'aimait pas ça. L'Américain fronça les sourcils, sentant monter en lui, après la crainte qu'il avait d'abord ressentie, une colère due à l'incompréhention. Qui avait-il de si intéressant à voir?
Puis elle reprit la parole. Et lui, il n'apprécia pas. Justement, il se sentait vexé, non pas qu'on lui ait refusé son aide, mais de l'avoir tout bonnement proposé. Avec les bourgeois, c'était toujours la même rengaine, même dans les ennuits, ils n'acceptaient pas une seule fois de se mêler au peuple, alors qu'ils en avaient le plus grand besoin! Mais en plus de tout, Monsieur avait dérangé Madame, qui voulait être seule! Brandy passa en revue de nombreux noms d'oiseaux pour qualifier cette maudite femme, mais n'en laissa rien paraître.
Ce qui exaspéra encore plus le cow-boy, c'était que cette truie le prenait de haut, et elle osait lui dire qu'il avait peur! Il n'avait pas peur! Enfin, il avait peur mais ça ne la regardait pas. Les poings du barman se serrèrent. Ses ongles laissèrent des marques dans sa chair et ses phalanges devinrent blanches.
Il devait se contrôler. Il inspira une longue goulée d'air et expira.
Au moment où il allait répliquer, la femme lui faisait déjà dos et s'éloignait dans les ténèbres, vers la ville. Sa colère s'amplifia et il lâcha un juron bien salé, se moquant qu'elle l'entende. Il shoota dans le sol et il s'en envola quelques feuilles et de la poussière terreuse. Il fit des grimaces derrière le dos de la demoiselle et s'approcha de son cheval. Il lui caressa l'encolure lui soufflant quelques mots doux dans l'oreille. Puis, il remonta sur Willston et droit comme un i, il alla au trot vers la ville, quand il passa près de l'Ombre, il ne prit pas la peine de lui adresser le moindre regard, la moindre parole. Elle n'en valait pas la peine.

C'est épuisé, énervé et la tête pleine de questions qu'il retourna à son navire. Il rentra sa monture, s'occupa de ses soins, puis il monta dans sa cabine et s'écroula sur sa couchette. Les rêves ne mirent pas longtemps à prendre le pas sur la réalité environnante.


[HRP/ fin de Rp pour moi, suite ici: Les débuts du S&B]


Ivresse nocturne Bannia10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
Ilsa Bennet
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitimeJeu 11 Sep - 11:50

Quand Ilsa avait tourné le dos à l'Homme, elle n'avait prêté aucune attention à ses mots grossiers, qui ne feraient que l'entacher si elle y répondait, même par une phrase cinglante. Elle s'était contentée d'ignorer, ce qui, elle en était intimement certaine, avait fait s'énerver plus encore ce mâle en manque de femmes.
Après un certain temps, il était passé près d'elle, monté sur son cheval, droit et fier. Et la Vampire avait souri dans l'ombre, ils se revéraient. Elle ferait en sorte qu'ils se revoient un jour, rien que pour voir son visage quand il s'apercevrait qui il s'était permis d'insulter si vulgairement. Se serait un régal de voir cet homme penaud, se rétrécir sur lui même, perdant toute sa prestance. D'ailleurs, il n'en avait pas beaucoup de cette prestance, ce n'était qu'un gringalet, un homme qui courrait certainement les bars, seul et abandonné de tous.

L'être de la nuit pressa le pas, car l'aube ne tarderait pas à venir. Discrète comme le veut sa race, elle serpenta entre les rues de Londres et parvint dans son antre, où elle s'abandonna immédiatement à son cercueil qui lui tendait les bras.
Ilsa ne rêva pas, son sommeil se fit réparateur. Mais lorsqu'elle rouvrit les yeux, le visage du marionnettiste se dessina, fier et imposant. Rien n'y faisait, ses plans n'avaient pas quitté ses pensées. Elle commençait à se demander si l'idée du Comte n'était pas si irréalisable que ça. Mais de là à lui amener son aide...

Tout était possible. L'avenir le lui dirait.


[HRP// Voila, terminé aussi pour ce post, suite à Un bal masqué des plus attendus]


Ivresse nocturne Bannia11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Ivresse nocturne Empty
MessageSujet: Re: Ivresse nocturne Ivresse nocturne Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Ivresse nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ivresse nocturne» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]» [TERMINÉ] Discorde. Nocturne. Mickey. [Eris]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: A l'extérieur de Londres :: Périphérie londonienne :: La forêt des âmes-